Actuellement

Agenda

::: Blues ::: Ron Hacker (USA) :::
::: Vendredi 20 mars 2015 ::: de 20h30 à 23h55 :::
« La première fois que j'ai eu le Blues, … je veux dire vraiment eu le Blues, c’était en 1956. Un ami et moi avons été attrapés en flagrant délit de pillage de parcmètres. J'avais onze ans – il en avait douze. Nous sommes allés directement en maison de correction !

Les éducateurs de ce centre pour délinquants juvéniles étaient tous de jeunes Afro-américains d’une vingtaine d’années ; et ils nous ont fait partager leur musique, comme les adolescents le font entre eux.

En '56 ce qu’ils écoutaient était "Elmore James", "Howlin' Wolf", "Muddy Waters", "B.B. King", "Jimmy Reed". Je suis tombé amoureux de leur musique, et dès lors cela a fait partie intégrante de ma vie.

Par la suite, ayant mûri, j’ai essayé de me concentrer plus à jouer le Blues qu'à le vivre et le subir. »

Après avoir appris seul à jouer de la guitare, Ron Hacker fait la rencontre du vieux et respecté Yank Rachell, l'associé du mythique Sleepy John Estes. Yank forme Ron sur les subtilités du Blues du Delta, et dans ce processus ils deviennent des amis inséparables.

C’est l'acteur Peter Coyote qui aide Ron à obtenir son premier contrat à San Francisco dans un coffee shop du coin. A la suite de cela, il ne faut pas longtemps à Ron Hacker pour réunir les musiciens qui vont devenir son band, les Hacksaws, pour bientôt faire trembler les murs de tous les clubs de la baie de San Francisco.

Depuis, Ron a joué chaque festival majeur en Californie, y compris le "Monterey Jazz Festival", le "San Francisco Blues Festival", le "Marin County Blues Festival" et le "Long Beach Blues Festival". Ron Hacker a aussi très largement sillonné l’Europe jouant dans les festivals majeurs en Belgique, Danemark, France, Hollande, Allemagne et Norvège.

À ce jour, Ron a sorti dix albums sous son nom : "No Pretty Songs", "Bar Stool Blues", "I Got Tattooed", "Backdoor Man", "Burnin’", "Live In Holland", "Mr. Bad Boy" , "My Songs", "Filthy Animal" en 2011 et "Live in San Francisco" en 2012. Il participe aussi à de nombreux enregistrements comme guitariste. On note une performance remarquée sur "Orphans" le triple album de Tom Waits nommé au Grammy Awards en 2006.

En 2005, le cinéma fait appel à lui pour le rôle du "Blues Guy" dans le film "Just Like Heaven". Artiste complet et polyvalent, comme écrivain, il publie son autobiographie sous forme d’un "pulp memoir", intitulé "White Trash Bluesman".
Mais c’est sur scène que l’on prend la mesure de la générosité et de la virtuosité de Ron Hacker ; fortement influencé par Elmore James, avec son Bottleneck il maîtrise la guitare Slide à merveille. Parfaitement sincère et direct avec son public, c’est à un rythme soutenu que les différentes ambiances sont abordées durant le concert ; parfois le son se fait roots, parfois il se durcit pour être plus proche de celui d’un George Thorogood.

Toujours secondé par une section rythmique efficace, sa voix rauque et chaleureuse colle parfaitement au style énergique et authentique de sa musique.

Site : http://www.ronhacker.com



Abonnement 5 concerts : 60 €
 
::: Danse ::: Tango : Bal milonga :::
::: Samedi 14 mars 2015 ::: de 20h00 à 23h55 :::
Milonga animée par Siobhan Richards (Las Rosas del Tango – NL)

Entrée gratuite pour les participants au stage tango de l'après-midi du 14 mars.
 
::: Dépaysement ::: La Haute-Provence : de la Durance aux gorges du Verdon :::
::: Mardi 3 mars 2015 ::: de 14h00 à 16h30 :::
Arrimée aux derniers plissements des Alpes du Sud, la Haute Provence est un pays riche par la diversité de ses sites. Cette contrée d’une extraordinaire beauté est sculptée par les sillons capricieux de la Durance et du Verdon, qui, depuis des siècles, bouleversent le paysage en plateaux dénudés, en collines ondoyantes, en vallées encaissées et en gorges profondes. Lacs de jade, formations rocheuses excentriques, villages médiévaux sertis au cœur de la garrigue, villes à l’accent provençal vont nous conter leur histoire. Le lac de Serre-Ponçon, la réserve géologique des Préalpes de Digne, la route Napoléon, Castellane, le lac de Sainte-Croix, les gorges du Verdon, Moustiers-Sainte-Marie, Forcalquier, Sisteron et bien d’autres sites vont nous dévoiler leurs secrets les plus profonds.

A la Maison de Quartiers Engis Centre
Rue Albert 1er, 1 - 4480 Engis
 
::: Blues ::: Ina Forsman (Finland) :::
::: Vendredi 27 février 2015 ::: de 20h30 à 23h55 :::
Mademoiselle chante le blues …

A 19 ans, la chanteuse Ina Forsman est l'étoile montante de la scène finlandaise du blues. Lorsqu'elle n'avait encore que 6 ans, elle décida de devenir chanteuse. Avec beaucoup de détermination et de dur labeur, elle est parvenue à démarrer sa carrière artistique dès ses 17 ans, après une interprétation à couper le souffle de la chanson "All I Could Do Is Cry" (Etta James) lors de la finale d'un show télévisé "Idols". Ce jour-là tout le monde a pu se rendre compte qu'une nouvelle étoile du blues était née. Après cette performance, le légendaire harmoniciste blues finlandais Helge Tallqvist l'a emmenée sur la route avec lui pour faire son éducation dans le blues. Ainsi démarrait son aventure avec le blues …

A 18 ans, Ina enregistre son premier album qui remporte la deuxième place à la remise des prix du "meilleur album blues de l'année" en Finlande. A peine un an plus tard, Ina Forsman remporte le Blues Challenge finlandais et représente son pays au Blues Challenge européen à Riga (Lettonie) en avril 2014. La prestation et la voix de la jeune Ina ont fait forte impression et lui ont offert la 4ème place parmi les 20 groupes en lice. La scène européenne du blues craquera sans aucun doute pour cette "jeune fille à la voix puissante", deux tournées européennes (y compris en Belgique, aux Pays-Bas, en Allemagne et en France) sont d'ailleurs déjà bouclées pour 2015.

Outre ses propres morceaux de blues contemporains, Ina propose un répertoire incluant également des classiques du blues des années '50 de Magic Sam, Etta James, Slim Harpo, Muddy Waters, Little Walter,… Son mix de contemporain et d'ancien est une formule qui fonctionne parfaitement. Le "Ina Forsman Band" a été décrit comme: frais, contemporain, surprenant et moderne. La preuve: ses concerts attirent de nombreux jeunes.

Pour ses tournées européennes, Ina travaille en collaboration avec l'artiste Blues belge Lightnin' Guy qui a réussi à réunir les meilleurs musiciens blues pour accompagner Ina:
· Steven Troch (harmonica): Vainqueur de l'International “King Of Swing” Harmonica Battle à San Francisco (USA) et un des moteurs de l'excellent groupe “Fried Bourbon”.
· René Stock (basse): l'épine dorsale des “Electric Kings”, la meilleure formation blues belge de tous les temps, il tourne aussi en permanence avec des artistes nationaux et internationaux de la scène blues.
· Erik ‘King Berik’ Heirman (batterie): a tourné avec des artistes américains tels que Studebaker John et Super Chickan. Il est réputé pour son jeu" old school" inspiré de celui de Fred Below.
· Lightnin’ Guy Verlinde (Guitars): vainqueur du Belgian Blues Challenge 2011, élu “Best Live Act” in 2012.

“Ina Forsman est une jeune et attachante chanteuse blues finlandaise, douée d'une voix intense et puissante et d'un profond feeling, qui sait exactement quand, comment et où elle doit effectuer le mélange de sa musique. Elle est la nouvelle révélation de la scène finlandaise indie blues et a assurément un bel avenir devant elle" BluesNews.fi

Site : http://www.inaforsman.esy.es/


Abonnement 5 concerts: 60 €

 
::: Théâtre ::: Les lois fondamentales de la stupidité humaine :::
::: Mercredi 25 février 2015 ::: 20h30 :::
Comment évaluer l’impact de la stupidité humaine sur nos destins personnels et sur l’ensemble de la société ? Carlo Maria Cipolla a répondu à cette question dans un bref essai pseudo-scientifique jonglant entre le paradoxe et l’absurde, démontrant par A + B les conséquences de la bêtise humaine. Selon l’historien, l’humanité se divise en quatre grandes catégories : les crétins, les bandits, les intelligents et les stupides. Ces derniers seraient, de loin, les plus redoutables…
Eric De Staercke et Emmanuel Dekoninck se sont saisis de ce best-seller et nous proposent de partager ces lois fondamentales dans un délire clownesque. L’objectif avoué : sauver le monde en détectant, voire en neutralisant l’une des plus puissantes forces obscures, la bêtise.
 
::: Festivités ::: Fête de la Macrâle :::
::: Vendredi 20 février 2015 ::: de 18h45 à 23h55 :::
Musique, danse, arts de la rue, chant, jongleurs de feu

18h45 : spectacle des enfants

19h30 : Départ du cortège au terrain d’aventure derrière le Centre culturel >> Cité des Rys, chaussée F. Terwagne, rues Lepage, Magotte et Ronheu, chaussée F. Terwagne et rue Gerée.

::: Aux habitants de la Cité Vandeweghe : un mini cortège démarrera de votre quartier à 18h30 pour rejoindre le centre du village à temps pour le grand départ !

20h45 : Grand feu au terrain d’aventure

Durant toute la semaine de carnaval, des fagots à soucis et des boîtes à rêves seront déposées dans les commerces et lieux publics. N’hésitez pas à y déposer des petits mots contenant vos tracas ou vos espoirs. Les uns seront brûlés, les autres seront précieusement conservés…


La Fête de la Macrâle est une fête de village, qui ne serait rien sans vous… Nous vous invitons à participer, bien sûr, mais aussi à décorer vos maison de lanternes, guirlandes ou bougies, afin d’égayer le parcours et faire de cette soirée un vrai moment de convivialité !
 
::: Cycle Nature&Santé ::: Huile d'olive, l'oléiculture : de la fleur à la table :::
::: Mardi 17 février 2015 ::: de 14h00 à 16h00 :::
Conférence d'Olivier Fornieri

Producteur d’huile d’olive (depuis plus de 4 générations), Olivier (et oui !) vous expliquera comment il produit de l’huile d’olive de très haute qualité. Au sud de la Toscane, en Maremme, patrie des Etrusques, entre modernité et traditions, cette conférence vous fera oublier tout ce que vous connaissiez sur l’huile d’olive et vous proposera un voyage qui conduit de la fleur de l’olivier à votre table.

A la Maison de Quartiers « Le Seize »
Cité Vandeweghe, 16 – 4480 Hermalle-sous-Huy

Renseignements et réservation : Centre culturel d’Engis – 085/82 47 63 - 0474/776634
 
::: Danse ::: Tango : Bal milonga :::
::: Samedi 14 février 2015 ::: de 20h00 à 23h55 :::
Milonga animée par Siobhan Richards (Las Rosas del Tango – NL)

Entrée gratuite pour les participants au stage tango de l'après-midi du 14 février.
 
::: Théâtre ::: Sous la robe :::
::: Dimanche 8 février 2015 ::: 20h30 :::
Nathalie Penning porte la toge. A longueur de journée, elle sillonne le milieu judiciaire et entend les confidences de ceux qui ne veulent parler qu’en présence de leur avocat. Entre deux plaidoiries, elle monte sur les planches pour rire de ce métier si sérieux, dont elle dévoile les dessous avec humour, tout en finesse. Elle raconte ce qu’on n’a jamais dit : les soirées au Barreau où les avocats s’en donnent à cœur joie, les regards plongeants des magistrats dans les décolletés des stagiaires, les pro deo, les gens qui savent tout mieux que vous ou encore les clients dragueurs qui demandent s’ils doivent l’appeler « Maîtresse ».
Elle raconte, avec l’autorisation de l’Ordre des avocats. Elle ne cite pas de nom (le bâtonnier lui donnerait du bâton) et ne s’impose que la censure du bon goût. Si elle se moque, c’est seulement de ceux qui exagèrent. Gare aux collègues, clients et magistrats qui en font trop !
 
::: Théâtre ::: Sous la robe :::
::: Samedi 7 février 2015 ::: 20h30 :::
Nathalie Penning porte la toge. A longueur de journée, elle sillonne le milieu judiciaire et entend les confidences de ceux qui ne veulent parler qu’en présence de leur avocat. Entre deux plaidoiries, elle monte sur les planches pour rire de ce métier si sérieux, dont elle dévoile les dessous avec humour, tout en finesse. Elle raconte ce qu’on n’a jamais dit : les soirées au Barreau où les avocats s’en donnent à cœur joie, les regards plongeants des magistrats dans les décolletés des stagiaires, les pro deo, les gens qui savent tout mieux que vous ou encore les clients dragueurs qui demandent s’ils doivent l’appeler « Maîtresse ».
Elle raconte, avec l’autorisation de l’Ordre des avocats. Elle ne cite pas de nom (le bâtonnier lui donnerait du bâton) et ne s’impose que la censure du bon goût. Si elle se moque, c’est seulement de ceux qui exagèrent. Gare aux collègues, clients et magistrats qui en font trop !